Le 20 Juillet 2017 à La Goillotte, Vosne-Romanée, Robert LEVIN présente les Partitas n°4, 5 et 6 de Jean-Sébastien BACH

Voir l’annonce ici.

Robert Levin est assurément une des personnalités les plus remarquables, et les plus enthousiasmantes, de la musique de notre temps. Sa réputation de musicologue éclairé est immense. Ses talents d’instrumentiste sont mondialement reconnus. Mais c’est en prenant conscience de l’ancrage dans notre temps de cet immense musicien que l’on peut apprécier son génie à sa juste et méritée valeur.

Que l’on ne s’y trompe pas. En complétant des œuvres inachevées de Mozart (et ses versions du Requiem ou de la Messe en ut mineur font autorité), Robert Levin fait véritablement œuvre de compositeur. Bien sûr, il utilise un langage qui n’est pas de notre époque. Mais il y a une réelle démarche créatrice, pour un résultat assez troublant, tant Mozart et Levin se confondent.

Du reste, Robert Levin est également un compositeur de musique « contemporaine ». Et puis, l’interprète est tout aussi ouvert à la musique de son temps. Pour s’en tenir à l’actualité récente en France, il vient d’assurer, à Lyon, la création française de Träume, que le compositeur Hans Peter Türk écrivit pour lui en 2014.

Cette spécialité de « terminer de composer » des œuvres de Mozart, Robert Levin l’a déjà mise deux fois au service du Palais des Dégustateurs pour des enregistrements : l’un avec Gérard Poulet, de l’intégrale des fragments pour violon et piano, récompensé par un « Choc » de la revue Classica ; l’autre avec Hilary Hahn et Alain Meunier, à paraître, de plusieurs mouvements de trios.

En décembre dernier, avec Noah Bendix-Balgley et Peter Wiley, il a comblé les auditeurs du Couvent des Jacobins, à Beaune, avec un programme gigantesque, dans tous les sens du mot : les deux Trios de Schubert. Une soirée unique, suivie par un enregistrement pour Le Palais des Dégustateurs qui ne le sera pas moins.

Si Robert Levin entretient avec Mozart un rapport extrêmement privilégié, il est tout autant à son aise avec Bach, que ce soit au piano, au clavecin, au clavicorde ou à l’orgue. Il a d’ailleurs, en utilisant tour à tour tous ces instruments, gravé une intégrale des deux Livres du Clavier bien tempéré absolument passionnante. La même année, il a enregistré les six Suites anglaises au piano, et les seize concertos avec clavier au clavecin !

C’était il y a presque vingt ans. C’est donc un événement tout à fait exceptionnel que cet enregistrement à venir des six Partitas de Bach, un autre monument de la littérature pour clavier de ce compositeur considéré par beaucoup comme le Père de tous les musiciens.

Robert Levin est un musicien tellement talentueux, tellement complet, qu’avec lui toute musique devient évidente. Et son plaisir de jouer est tellement communicatif que c’en est jubilatoire ! Tous les ingrédients sont réunis pour la promesse d’un concert certainement inoubliable. Nous sommes heureux de pouvoir vous le proposer.

Pierre Carrive,
écrivain musical du
Palais des Dégustateurs,
directeur artistique de l’enregistrement

 

Dans ce même lieu, juste avant ce concert, Dominique Merlet aura enregistré le Premier Livre du Clavier bien tempéré du même Jean-Sébastien Bach. En janvier 2016, il y gravait le Deuxième Livre, qui a été reçu avec les plus grands éloges par la critique musicale (« Maestro » de la revue Pianiste). Cette Cuverie du Prince de Conti avait également accueilli Alain Meunier pour enregistrer un autre monument instrumental de Bach : les Suites pour violoncelle seul, qui eurent aussi des échos très enthousiastes (notamment dans la revue Diapason). La Goillotte / Bach / Le Palais des Dégustateurs : une alchimie rare, qui promet l’excellence.

 

Classica Février 2017 : Choc Classica pour Vanden Eyden/Schubert

L’exceptionnelle interprétation de la dernière sonate pour piano de Schubert par Jean-Claude Vanden Eynden reçoit la haute distinction du Choc de la Revue Classica.

Lire l’article

J.-C. Vanden Eynden F. Schubert Four Impromptus D.899/Sonata in B flat major D.960

Télécharger le livret

Classica Bach/Meunier

Lire l’article

Diapason Janvier 2017 Levin/Poulet/Mozart

Lire l’article

Dimanche 11 Décembre Couvent des Jacobins

Le Palais des Dégustateurs et la Maison Jadot vous présentent à l’occasion de leur enregistrement, Robert LEVIN au piano, Noah BENDIX-BALGLEY au violon  et Peter WILEY au violoncelle, dans les deux Trios de Franz SCHUBERT, au Couvent des Jacobins,  le dimanche 11 décembre 2016 (concert à 19h, cocktail à 21h).Pour les réservations, contacter Eric Rouyer par mail : ericlepalais@aol.com

Tout sera exceptionnel : les artistes, le programme, le cadre, l’après-concert…
Robert LEVIN n’est plus à présenter à ceux qui suivent les activités du Palais des Dégustateurs. Éminent musicologue mondialement réputé, il est « le » spécialiste de Mozart, dont il connaît la musique de façon intime et quasi exhaustive. Ses compétences de compositeur lui ont permis de finir de composer des œuvres inachevées de ce compositeur, qui pour plusieurs ont été enregistrées en première mondiale pour le Palais des Dégustateurs. Pianiste au jeu particulièrement jubilatoire, tout en finesse et extrêmement libre, il nous a déjà enchantés de plusieurs concerts, toujours en lien avec des enregistrements déjà réalisés ou à venir : les fragments achevés pour piano et violon de Mozart (avec Gérard Poulet, « Choc » de la revue spécialisée Classica), deux trios (dont l’un était inachevé) pour piano, violon et violoncelle de Mozart (avec Hilary Hahn et Alain Meunier, à sortir) et les six partitas pour clavier de Bach (qui seront enregistrées prochainement).

Lauréat de nombreux prix internationaux, Noah BENDIX-BALGLEY est actuellement un jeune trentenaire détenteur du poste qui marquerait l’apothéose de la carrière de tout violoniste confirmé : Premier violon solo de l’Orchestre Philharmonique de Berlin, peut-être le meilleur orchestre du monde, et en tout cas celui qui est le plus chargé d’histoire. Cela ne l’empêche pas d’être un musicien de chambre très recherché ; il a été membre de plusieurs quatuors à cordes (Athlos, Miro), et participe aux côtés de très grands musiciens (Emanuel Ax, Colin Currie, Youri Bashmet, Gary Hoffman, Gidon Kremer, Lars Vogt…) aux Festivals de musique de chambre les plus prestigieux. Il a joué en soliste avec de nombreux orchestres à travers le monde. Son jeu, d’une sûreté technique absolue, d’une grande pureté stylistique et d’une sensibilité à la fois sobre et communicative, est étoffé de sa grande connaissance, à la fois comme interprète, comme compositeur et comme pédagogue, de la musique Klezmer.

Quant à Peter WILEY, son nom est à jamais associé à cette formation « piano, violon, violoncelle », puisque pendant dix ans il a été membre du Beaux-Arts Trio, avec lequel il a donné plus de mille concerts partout dans le monde. Après que ce trio légendaire, pour ne pas dire mythique, a cessé ses activités, il a rejoint un autre ensemble de chambre prestigieux : le Quatuor à cordes Guarneri. Avec ces deux formations, il a gagné le fameux Prix Grammy. Puis il a fondé un groupe « piano, violon, alto, violoncelle », l’Opus One Piano Quartet. Si son jeu, d’une extrême sensibilité, d’une attention permanente à ses partenaires et d’une solidité rassurante, en font un musicien de chambre idéal, qui par exemple participe au célèbre Festival de Marlboro depuis 1971, il a aussi une autorité naturelle qui lui a permis, dès l’âge de vingt ans, d’être violoncelle solo de l’Orchestre Symphonique de Cincinnati, et des moyens techniques qui en font un soliste auquel plusieurs orchestres ont fait appel. Il est également un pédagogue très recherché ; il a enseigné à l’University of Maryland, au Bard College Conservatory of Music, et depuis 1996 au Curtis Institute of Music.

Réunis pour la première fois à l’occasion de cet événement, ces trois artistes exceptionnels joueront ces deux chefs-d’œuvre absolus, ces deux ouvrages gigantesques par la portée et par l’envergure, mais d’une accessibilité et d’une intimité bouleversantes, que sont les deux Trios pour piano, violon et violoncelle de Franz SCHUBERT. Voici comment Robert Schumann a parlé du Premier : « Un seul regard sur le trio de Schubert – et toute la misère de la condition humaine disparaît, le monde est comme neuf. » Quant au Second, il tourne autour du thème de son mouvement lent, que le film Barry Lyndon a rendu tellement célèbre, mais qui prend tout son sens au sein de l’œuvre en entier.

Revue Pianiste N° 101 Novembre/Décembre 2016, entretien avec Dominique Merlet

Lire l’entretien

Revue Pianiste N° 101 Novembre/Décembre 2016, Critique du Merlet/Bach

Lire l’article

Revue Classica Novembre 2016 Robert Levin/Gérard Poulet/Mozart Choc Classica

Lire l’article

France Musique, 22 Octobre, Portraits de famille par Philippe Cassard avec Dominique Merlet

ALAIN MEUNIER LES SUITES DE BACH

Enregistré à la Goillotte, ancienne Cuverie du Prince de Conti à Vosne-Romanée. Interprétation dansante, épurée, sans aucune lourdeur, souvent aérienne, mais jamais légère. Disponible en Octobre 2016.

Alain Meunier : « Pour beaucoup la vie du violoncelle et des violoncellistes s’illustre par les Suites… Premier corpus d’envergure, écrit pour l’instrument seul, il est présence incontournable tant à l’amateur qu’au professionnel: si toutes les Suites ne sont pas abordables par tous, partie d’entres elles permet à tout un chacun d’y cheminer au gré de sa maîtrise, grande ou fragile… L’enjeu est alors considérable pour le pro qui passe du balbutiement initial à la tentation radicale de « graver » les Suites, figeant ainsi la spontanéité propre à l’ interprétation par la nécessité du magister qu’induit l’entreprise… La version présente entend ne pas renier ce qui vient de l’enfance tout en prenant acte de la radicale évolution de l’interprétation de la musique baroque au cours des 50 dernières années… sans toutefois prétendre envoyer de « Bons baisers de Cöthen, Décembre 1722… »

Télécharger le livret

Robert Levin/Gérard Poulet MOZART Unfinished works for piano and violin Completed by Robert Levin

Robert Levin, à propos  des Sonates et Morceaux pour piano et violon inachevés de 
Mozart: "Aucun genre musical n'était cultivé par Mozart d'une manière aussi féconde 
que ses œuvres pour piano et violon.  Ses premiers essais pour cette combinaison, 
publiés à Paris, datent de sa 7 ème année, et se poursuivent durant toutes les 
périodesde sa créativité. Il est dans la nature de son invention que les œuvres 
achevées aient pour genèse un nombre retentissant de fragments, qui sont rarement 
abandonnés pour des raisons de qualité: au contraire, ils contiennent souvent 
sa musique la plus audacieuse et inventive. Le projet d'entreprendre des compléments
pour l'ensemble des œuvres pour piano et violon de Mozart a été une proposition de
l'éditeur G. Henle Verlag et de son chef, le grand mozartien Wolf-Dieter Seiffert.
Il s'agissait d'une part de morceaux déjà achevés par Maximilian Stadler, conseiller 
de cour et responsable de l'inventaire des manuscrits de Mozart après sa mort, et 
d'autre part d'œuvres laissées inachevées par lui, sans doute car il estimait que 
le nombre de mesures annotées par Mozart ne lui suffisait pas pour s'adresser au 
grand défi: la maitrise de Mozart se ressent pourtant avec seulement quelques notes
dans tous les domaines (invention, rhétorique, structure, caractère).
Les versions entreprises par Stadler, qui avait comme but la publication pour gagner 
davantage d'argent pour la veuve du compositeur sont toujours correctes et parfois 
même saisissantes, mais elles sont en général trop littérales pour le génie vivace 
de Mozart.  
J'ai donc essayé de créer des versions où le risque est indéniable, avec le plaisir 
d'expérimenter sur le peu de mesures laissées une sorte de fluidité et de naturel
proches de la spontanéité qui pourraient parfois laisser supposer de l'improvisation. 
Le présent enregistrement exclut l'andante et fugue K. 402, dont le manuscrit, qui se 
trouvait en France au 19e siècle, a disparu, rendant le jugement d'où s'arrête la main 
du maitre impossible (dans la fugue il y a des doutes presque dès le début!), contenu 
dans le volume de Henle. 
Il contient par contre l'allegro K. 526a, où n'existe en fragment que les 16 mesures 
ébauchées par le piano et dont le complément représente l'esprit "spéculatif" pour 
apprécier à quel point il est possible de créer un mouvement plausible dans le 
style de Mozart, même avec un tel déficit de matière.  Que le mélomane décide!"

Le disque, distribué par Harmonia Mundi, sera disponible dans de nombreux points de 
vente dès Octobre 2016. Les Grenoblois pourront se le procurer directement au 
Palais des Dégustateurs.

Télécharger le livret

Les Musicales du Marguery, les 7, 8 et 9 Octobre 2016 à Paris

Initié en 2014 avec les Musicales de l’Académie Conti, le Palais des Dégustateurs propose sa troisième édition  les 7, 8 et 9 Octobre 2016, avec les Musicales du Marguery, à Paris.
Lire le programme

Lire le programme

Dominique Merlet J.S. Bach Das Wohltemperierte Klavier II BWV 870-893

Télécharger le livret

Février 2016 sur Express.fr

« Robert Levin, l’homme qui ressuscite Mozart » Lire l’article

Ya-Fei Chuang, Liszt et Le Palais des Dégustateurs

« Ya-Fei Chuang vient d’enregistrer début janvier pour le Label un CD Liszt qui devrait s’imposer parmi les grandes références de la discographie. Avec un programme qui n’intègre que des œuvres majeures (Sonata en Si,
Hymne de la nuit, Funerailles, Auf dem Wasser zu singen, Consolations)
. Sortie prévue en juin 2016. »
Eric Rouyer 13/02/2016

Pianiste N° 96 Janvier-Février 2016 : Robert Levin

Robert Levin et le Palais des Dégustateurs à nouveau dans l’actualité musicale nationale  Lire l’article

Beaune, le 17 Décembre 2015 à 11 h, l’Ensemble Musica Nova est au Couvent des Jacobins de la Maison Louis Jadot

Couverture Programme Gallus Ensemble Musica Nova pour Le Palais des Degustateurs

L’Ensemble Musica Nova  dirigé par Lucien Kandel chantera les Motets de Jacob Handl, dit Gallus le jeudi 17 Décembre  à 11 heures au Couvent des Jacobins de la Maison Louis Jadot. Concert ouvert au public exclusivement sur réservation.

Puis le soir, dans le cadre des Vinosités Musicales du Palais des Dégustateurs seront joués en concert privé :
Les Extraits Clavier Bien Tempéré Livre II de Bach par Dominique Merlet au piano
La Sonate D960 de Schubert par Jean-Claude Vanden-Eynden au piano
Le Trio Archiduc de Beethoven par Gérard Poulet au violon, Alain Meunier au violoncelle et Jean-Claude Vanden-Eyden au piano.

Pour plus d’information, contacter Eric Rouyer :  ericlepalais@aol.com.


 

 

 

Revue Classica Décembre 2015-Janvier 2016

Dans son numéro spécial consacré à  Mozart et ses derniers secrets, la revue Classica publie un entretien de 4 pages avec Robert Levin, artiste du Palais des Dégustateurs : « LES PARTITIONS DE MOZART, PROLONGER l’INACHEVE. « Le » spécialiste de Mozart, c’est lui. Pianiste, musicologue, compositeur, Robert Levin a passé sa vie à explorer les partitions, connues et inconnues, et très souvent restées en suspens, du compositeur. Entretien. » Lire l’article

Revue Classica Novembre 2015

ÇA SENT SI BON LA FRANCE ! « Nos maîtres son derrière nous mais la folie musicale n’est pas morte : il reste quelques irréductibles cinoques, qui ont compris que la folie était un premier pas vers le bonheur.Eric Rouyer en fait partie. Aussi passionné de musique que de grands crus, il a créé son label, Le Palais des Dégustateurs… » Lire l’article

Lire le programme