Le 20 Juillet 2017 à La Goillotte, Vosne-Romanée, Robert LEVIN présente les Partitas n°4, 5 et 6 de Jean-Sébastien BACH

Voir l’annonce ici.

Robert Levin est assurément une des personnalités les plus remarquables, et les plus enthousiasmantes, de la musique de notre temps. Sa réputation de musicologue éclairé est immense. Ses talents d’instrumentiste sont mondialement reconnus. Mais c’est en prenant conscience de l’ancrage dans notre temps de cet immense musicien que l’on peut apprécier son génie à sa juste et méritée valeur.

Que l’on ne s’y trompe pas. En complétant des œuvres inachevées de Mozart (et ses versions du Requiem ou de la Messe en ut mineur font autorité), Robert Levin fait véritablement œuvre de compositeur. Bien sûr, il utilise un langage qui n’est pas de notre époque. Mais il y a une réelle démarche créatrice, pour un résultat assez troublant, tant Mozart et Levin se confondent.

Du reste, Robert Levin est également un compositeur de musique « contemporaine ». Et puis, l’interprète est tout aussi ouvert à la musique de son temps. Pour s’en tenir à l’actualité récente en France, il vient d’assurer, à Lyon, la création française de Träume, que le compositeur Hans Peter Türk écrivit pour lui en 2014.

Cette spécialité de « terminer de composer » des œuvres de Mozart, Robert Levin l’a déjà mise deux fois au service du Palais des Dégustateurs pour des enregistrements : l’un avec Gérard Poulet, de l’intégrale des fragments pour violon et piano, récompensé par un « Choc » de la revue Classica ; l’autre avec Hilary Hahn et Alain Meunier, à paraître, de plusieurs mouvements de trios.

En décembre dernier, avec Noah Bendix-Balgley et Peter Wiley, il a comblé les auditeurs du Couvent des Jacobins, à Beaune, avec un programme gigantesque, dans tous les sens du mot : les deux Trios de Schubert. Une soirée unique, suivie par un enregistrement pour Le Palais des Dégustateurs qui ne le sera pas moins.

Si Robert Levin entretient avec Mozart un rapport extrêmement privilégié, il est tout autant à son aise avec Bach, que ce soit au piano, au clavecin, au clavicorde ou à l’orgue. Il a d’ailleurs, en utilisant tour à tour tous ces instruments, gravé une intégrale des deux Livres du Clavier bien tempéré absolument passionnante. La même année, il a enregistré les six Suites anglaises au piano, et les seize concertos avec clavier au clavecin !

C’était il y a presque vingt ans. C’est donc un événement tout à fait exceptionnel que cet enregistrement à venir des six Partitas de Bach, un autre monument de la littérature pour clavier de ce compositeur considéré par beaucoup comme le Père de tous les musiciens.

Robert Levin est un musicien tellement talentueux, tellement complet, qu’avec lui toute musique devient évidente. Et son plaisir de jouer est tellement communicatif que c’en est jubilatoire ! Tous les ingrédients sont réunis pour la promesse d’un concert certainement inoubliable. Nous sommes heureux de pouvoir vous le proposer.

Pierre Carrive,
écrivain musical du
Palais des Dégustateurs,
directeur artistique de l’enregistrement

 

Dans ce même lieu, juste avant ce concert, Dominique Merlet aura enregistré le Premier Livre du Clavier bien tempéré du même Jean-Sébastien Bach. En janvier 2016, il y gravait le Deuxième Livre, qui a été reçu avec les plus grands éloges par la critique musicale (« Maestro » de la revue Pianiste). Cette Cuverie du Prince de Conti avait également accueilli Alain Meunier pour enregistrer un autre monument instrumental de Bach : les Suites pour violoncelle seul, qui eurent aussi des échos très enthousiastes (notamment dans la revue Diapason). La Goillotte / Bach / Le Palais des Dégustateurs : une alchimie rare, qui promet l’excellence.